Développeur de Motivation et de Performance

FORMATION-COACHING-TEAM BUILDING


06 62 68 53 72
motivalance@gmail.com

Magazine créé avec Madmagz.

Si vous souhaitez prendre contact pour réaliser, sans engagement, un diagnostic-performance ou pour réaliser une conférence sur la performance au sein de votre entreprise, votre réseau :

 Cliquez sur ce lien 

ou contactez-nous au 06 62 68 53 72

    

 

Sujet: Savoir Percevoir sans Jugement de Yann Coirault

Aucun message nʼ a été trouvé.

Auto- Coaching : Savoir Percevoir sans Jugement de Yann Coirault

06/10/2013 13:39

Yann Coirault, en réaction en réactiion a un précedent article sur ce même sujet de l’intuition dans le management de projet, m’a signalé son article et ouvrage sur le sujet. En voici un aperçu pour vous donner envie de les lire en entier.

Intuition nous vient d’Intuitio, qui signifie Regard, Coup d’œil. Voir, remarquer, seraient un premier pas pour activer l’intuition.

Que faisons-nous quand nous voyons ? Nous mélangeons émotion, observation, intuition, jugement. Certains accorderont plus d’importance à leur émotion (cerveau droit) ; d’autres, à leur observation rationnelle (cerveau gauche). En revanche, quelles que soient nos préférences cérébrales, nous nous construirons un cadre de référence qui nous permettra de nous faire une opinion plus vite et de manière plus fine. Nos capacités d’observation s’enrichissent en effet de notre expérience : plus on observe, mieux on observe !

L’intuition ne s’apprend pas à l’école.

Toutes nos expériences nous servent à nourrir le stock d’informations dans lequel nous irons puiser pour déclencher notre intuition lors de futures expériences.

L’intuition, c’est d’abord du stockage d’informations avant d’être cette sorte de sens caché inexplicable et qu’on assimile trop souvent à la magie.

Les grands joueurs d’échecs ont en tête des milliers de combinaisons qu’ils ont déjà rencontrées. D’un coup d’œil, ils photographient l’échiquier, comparent cette photo à toutes les autres qu’ils ont emmagasinées lors des parties précédentes, et ils décident ensuite de bouger telle pièce. Plusieurs coups d’avance, ils prévoient ce que l’adversaire fera. Les chefs cuisiniers, eux aussi, stockent en permanence des informations sur la qualité, le choix des ingrédients, les quantités, les temps de cuisson, les couleurs, afin de marier les mets entre eux pour parvenir à ce qu’ils souhaitent. Et puis, si l’on parle de la vision, les photographes professionnels sont aussi bien placés pour savoir que leur intuition est un puissant vecteur d’efficacité.

Le jugement, l’opinion, l’évaluation fait partie de nos bases.

Il nous a toujours été demandé d’avoir des opinions sur tout ; "Qu’est-ce que tu penses de ça ?" "C’est bien ou pas bien?" "Mieux ou moins bien? ". Il est à considérer que cela nous permet aussi de vivre, de nous créer un cadre de référence pour mieux agir. L’opinion ou le jugement ne sont pas des réflexes à bannir ; ce sont plutôt des réflexes à maîtriser.

Quelques conseils pour transformer les jugements, sans vouloir les empêcher ;

art expert-       Si vous pensez "C’est beau", dites-vous "Ça me plaît" (émotions) ou "Pourquoi trouvez-vous cela beau ?"(objectivité)

  • Corollaire : Si vous pensez "Ce n’est pas beau", dites-vous "Ça ne me plaît pas" (émotions) ou "Pourquoi ne  trouvez-vous pas cela beau ?"(objectivité)

-       Si vous pensez  "C’est bien", dites-vous "Ça me convient" (émotions) ou "Pourquoi trouvez-vous cela bien ?"(objectivité)

  • Corollaire : Si vous pensez  "Ce n’est pas bien", dites-vous "Cela ne me convient pas" (émotions) "Pourquoi ne trouvez-vous pas cela bien ?"(objectivité)

-       Si vous pensez  "C’est mieux", dites-vous "Je préférerais"(émotions) ou  "Pourquoi trouvez-vous cela mieux ?"(objectivité)

  • Corollaire : Si vous pensez  "C’est pire", dites-vous "J’aurais peur" (émotions) ou "Pourquoi ne trouvez-vous pas cela mieux ?"(objectivité)

Aucun doute que, pour Épictète, un « instruit » est un éveillé ! « Ce ne sont pas les choses qui troublent les hommes, mais l’opinion qu’ils en prennent : comme la mort, elle, n’a rien de fâcheux […], c’est l’opinion qu’on en a qui est fâcheuse. Donc, quand nous serons empêchés et troublés, n’accusons personne que nous-mêmes, c’est-à-dire, notre opinion. »

Avancer sur le chemin en être éveillé, c’est bannir toute opinion ou s’autoriser les jugements sans s’y attacher. Se placer en position médiane, entre les polarités d’une dualité, permet de considérer ce qui nous arrive avec détachement. S’abstenir de juger les expériences que vous vivez, les personnes qui vous entourent, les événements qui vous marquent vous permet d’avancer plus sereinement.

Placez votre énergie sur ce que vous pouvez en apprendre et non sur l’opinion que vous en avez. À quoi cela vous avance-t-il de vous dire que le choix que vous avez fait est bon ou mauvais ? N’est-il pas préférable de vous demander pour quelles raisons vous avez fait ce choix, et ce que vous en retirez ?

Avancez, expérimentez, corrigez le tir : vous y gagnerez en efficacité et en sérénité.