Développeur de Motivation et de Performance

FORMATION-COACHING-TEAM BUILDING


06 62 68 53 72
motivalance@gmail.com

Magazine créé avec Madmagz.

Si vous souhaitez prendre contact pour réaliser, sans engagement, un diagnostic-performance ou pour réaliser une conférence sur la performance au sein de votre entreprise, votre réseau :

Cliquez sur ce lien

ou contactez-nous au 06 62 68 53 72

    

Sujet: Leadership: 3 leçons himalayennes d’un professeur de management

Aucun message nʼ a été trouvé.

Leadership: 3 leçons himalayennes d’un professeur de management

10/08/2013 19:24

Professeur de management à l’Université du Michigan et responsable d’un cours sur le leadership et les organisations, Scott Derue s’est lancé le défi de gravir l’Everest et d’en tirer des leçons de management pour ses étudiants. Au terme de son ascension réussie en mars dernier, il en a tiré trois règles essenteilles de leadership rapportées par le site Poets& Quants, spécialisé dans l’information sur les écoles de commerce. Au bureau comme dans l’Himalaya, de nombreux parallèles peuvent être dressés en terme de management d’une équipe et de leadership, selon Poets & Quants. Nous reproduisons ci-dessous dans les grandes lignes les trois principales règles de management tirées de cette ascension :

1- Connaître les objectifs de son équipe et les points de stress

Gravir l’Everest représente un enjeu important car personne ne veut échouer dans ce projet qui nécessite des années de préparation, rapporte le site Poets & Quants. C’est la même chose pour un manager qui se fixe des objectifs ambitieux à atteindre. D’où l’importance de bien connaître son équipe car il y a ceux qui sont portés par ce projet et d’autres qui minimisent les difficultés. Il est impératif de surveiller ceux qui peuvent sortir de ce cadre et d’anticiper les difficultés. Pour cela, la meilleure méthode est d’instaurer un dialogie permanent et d'encourager la transparence, à commencer par soi-même. Il est ainsi important de communiquer sur ses objectifs pour l’équipe et pour soi-même. Il s’agit d’être honnête avec soi-même et avec les autres.

2 – Cultiver la sécurité psychologique

Dans des environnements à fort enjeu comme l’ascension de l’Everest, la peur est la plus grande ennemie du succès. Il existe toujours des évènements inattendus et des difficultés que l’on a tendance à cacher. Chacun des membres de l’équipe doit pouvoir exprimer  les difficultés qu’il rencontre même si son point de vue est impopulaire. Lors de l’ascension de l’Everest, il existe de nombreuses raisons de cacher les difficultés: par exemple avouer des problèmes de santé peut être perçu comme un aveu de faiblesse. Ou encore exprimer des doutes sur le plan du leader peut être considéré comme provocateur, inapproprié et perçu comme un manque d’esprit d’équipe.

D’où l’importance pour chaque membre de l’équipe de s’exprimer franchement et de partager ses préoccupations. Pour insuffler cet état d’esprit, l’auteur de l’article indique quelques techniques simples : minimiser les différences de statut entre hauts responsables et moins « gradés », ne pas hésiter à parler de ses propres erreurs ou encore pardonner les erreurs des autres.

3- Etre résolu mais patient

Dans des situations avec du temps et des informations limitées, les leaders d’équipe ont besoin d’être résolus et clairs, mais sans pour autant prendre des décisions à l’emporte-pièce. Si par exemple l’on s’imagine à une altitude de 28 000 pieds sans prévision météo, des communications limitées et une information incomplète, il sera alors nécessaire de protéger le groupe et de maintenir la confiance de l’équipe dans son autorité. Dans le même temps, pour éviter d’être submergé par des situations anxiogènes, le leader d’équipe doit préparer à l’avance des scénarios d’anticipation qui permettront à l’équipe de gérer au mieux les incertitudes.